Conformément aux directives de la CNIL, pour poursuivre votre navigation dans de bonnes conditions vous devez accepter l'utilisation de Cookies sur notre site.

Appelez-nous au : 0652614879

Or Végétal Il y a 2 produits.

Or Végétal

                                                

"Le Capim Dourado", l'Or Végétal 


Le Capim Dourado (syngonanthus nitens), est la tige d'une petite fleur blanche de la famille des Sempre-Vivas Helichrysum bracteatum. Si elle est appelée ainsi, c'est pour son intense couleur or métallique. C'est une matière durable et écologique. C'est dans la fleur que se trouvent les semences qui garantissent la perpétuité de la plante ainsi que les revenus pour des centaines de familles. Pendant la récolte, les tiges sont prélevées sans les racines, les fleurs sont détachées et laissées sur place dans un souci d'assurer le renouvellement naturel et le cycle de vie de la plante.

L'Or du Jalapão : Son histoire

Le Jalapão est la seule région au monde qui abrite la merveille naturelle qu'est Capim Dourado. Il ne pousse que dans les zones humides qui s'étendent sur 34000km² de la réserve exceptionnelle indigène Xerente. La récolte s'effectue uniquement de Septembre à Novembre, période où les tiges arrivent à maturité et prennent leur couleur dorée. Le Capim Dourado est très protégé par l'Etat du Tocantins qui oblige les récoltants à commencer la récolte seulement à partir du 20 septembre et à la terminer le 20 Novembre.
La sortie de la matière première est également très contrôlée afin qu'il n'y ai que les produits finis qui sortent de l'Etat. Ces fins rameaux dorés, sont travaillés par les femmes de la région. Avec leurs mains habiles, elles les transforment en différentes pièces artisanales : des sacs, des colliers et bracelets, des boucles d'oreilles, des chapeaux, des paniers et beaucoup d'autres objets décoratifs. Ces pièces, d'une beauté unique, ne sont pas seulement vendues aux limites du Tocantins mais elles gagnent le marché national et international.

L'art de travailler le capim dourado vient des indigènes Xerente qui habitaient la région. 
Très habiles dans l'art du tressage, ce savoir c'est transmis de génération en génération,
Aujourd'hui, il est entre les mains des femmes Mambuca, une communauté matriarcale qui peuple la région du Jalapāo.